Comment se préparer au métier de carrossier ?

La carrosserie ou réparation est une activité qui englobe les travaux de rétablissement des détériorations subies par un véhicule. Une maîtrise de ce métier passe par une bonne connaissance du domaine. Les formations professionnelles initient les apprentis au débosselage, remodelage, à la mise en peinture jusqu’à l’application d’un polish voiture avec une polisseuse sur tous les types de carrosserie.

Comment se passe la préparation pour ce métier ?

Alors que le mécanicien est responsabilisé du dépannage des pièces internes d’une voiture altérée à la suite d’un accident, le carrossier, lui, s’occupe de la réparation du revêtement externe, la tôle froissée, les pare-chocs déformés ou autres. Le carrossier se charge ainsi du côté esthétique visant à redonner à la voiture son aspect initial. Devenir un carrossier demande une certaine préparation. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce métier lié à la carrosserie.

Le rôle du carrossier

C’est la personne chargée de réparer des véhicules accidentés. Son travail, sa mission commence par l’établissement d’un diagnostic sur les dégâts. C’est la feuille de route à partir de laquelle seront dérogés les solutions de remise à l’état initial. Le carrossier démonte, pour y parvenir, les pièces accidentées de la voiture afin de les remettre en état ou de les changer.

Lorsqu’il s’agit d’un véhicule assuré, le garagiste ne peut pas commencer son travail tant qu’un expert de l’automobile n’a pas vu la voiture endommagée et validé la totalité des réparations utiles. Le carrossier, dans la réparation, veille à ce que cela soit conforme aux normes fixées par le fabricant. Pour cela, il dispose d’un outil spécial, le banc de mesure qui l’aide à se conformer aux réglementations en vigueur. Une fois que les refontes sont faites, la peinture s’en suit. Elle peut être faite par le carrossier lui-même ou par un peintre spécialisé qui applique la peinture, dans ce cas avec un pistolet.

Les qualités d’un bon carrossier

C’est un métier exigeant qui nécessite de fortes aptitudes de précision et d’exactitude. Un bon carrossier a une connaissance dans le domaine de l’usage des métaux et des mécanismes de leurs assemblages. Il doit se mettre à jour au fur et à mesure, avec l’évolution des technologies automobiles, et maîtriser les nouveaux matériaux utilisés récemment dans les automobiles. Il doit également avoir des bases solides non seulement en mécanique mais aussi en électricité et en électronique. Car il peut être amené à démonter des appareils électroniques dont il doit connaître le mode d’emploi pour ne pas commettre l’irréparable. Doté d’une certaine agilité, il doit aussi faire preuve de patience et de flexibilité parce que les horaires d’un garage sont très changeables avec un environnement professionnel connu pour être assez bruyant sans oublier l’inconfort dans l’accomplissement des tâches. Enfin, de faire attention aux allergies. Même si le garage doit est aéré et ventilé, il faut faire attention aux produits manipulés qui sont très nocifs la plupart. La poussière, les odeurs de peintures et de solvants sont généralement en contact des carrossiers.

Évolutions

Au fil du temps, un carrossier qui maîtrise bien son travail et ayant le sens des responsabilités peut avoir des attributions dans un garage. Il peut devenir chef d’atelier au vu de ses expériences. Il peut aussi s’installer à son propre compte Pour une meilleure progression professionnelle et avoir de bons postes, il faut être titulaire d’un bac pro en construction ou en réparations des carrosseries. Le BTS permet seulement à un emploi de technicien supérieur.

Formation

Il existe plusieurs niveaux de formation pour devenir carrossier ou carrossière. Le CAP en réparation, peinture et en construction des carrosseries. Pour les bacheliers, il y a des niveaux bac pro, bac +2 et bac +3 allant jusqu’à la Licence Professionnelle. Les formations avec le Bac sont plus solides et plus pesantes avec de meilleures offres.

Salaire

La rémunération varie selon le type de diplôme et d’une région à l’autre, le S.M.I.C pour un débutant

juillet 24, 2018