Dangers et effets secondaires de la cocaïne

Malgré son prix considéré comme étant très élevé et la connaissance de ses effets néfastes sur la santé, la cocaïne est devenue de plus en plus répandue dans toutes les couches de la société.

1. En quoi consiste cette drogue ?

Tout comme les amphétamines et la caféine, cette substance en poudre blanche appartient aux stimulants qui font leurs consommateurs se sentir plus énergiques et plus alertes.

2. Quels sont les effets de cette drogue ?

La consommation régulière de la cocaïne a des effets dangereux sur la santé à court comme à longs termes et risque d’endommager plusieurs organes du corps humain. Elle commence par affecter le cerveau en quelques secondes. Elle stimule le système de dopaminergique du cerveau, celui responsable de la sensation de plaisir et de cognition. Un sentiment d’euphorie intense peut durer entre 5 et 30 minutes. La cocaïne provoque également une contraction de la plupart des vaisseaux sanguins engendrant une augmentation de la pression artérielle ce qui implique un manque d’oxygène au cerveau et par conséquent un danger d’attaque cérébrale. La pression des vaisseaux sanguins a également des effets néfastes sur les reins, qui se manifestent par une défaillance rénale et un infarctus du rein, et sur le cœur, en provoquant des douleurs à la poitrine liées à des spasmes des artères coronaires allant jusqu’à des troubles du rythme cardiaque et dans les pires cas une crise cardiaque.

Cette substance extraite de la feuille de coca endommage aussi les poumons, provoque des troubles de respiration, induit des risques de brûlures des poumons et empire fortement l’asthme. La prise régulière de cette substance affaiblit le système immunitaire ce qui rend le corps du cocaïnomane de plus en plus vulnérable aux maladies, notamment aux bronchites et aux maladies du système respiratoire. Ses effets sur le foie peuvent se manifester chez les personnes atteintes de l’hépatite C ou de cirrhose alcoolique. La situation pourrait s’aggraver davantage avec une hausse de la température corporelle pour engendrer des crises d’épilepsie, même si le consommateur n’est pas épileptique.

3. Des conséquences encore plus graves :

Sniffer la cocaïne dans la narine à l’aide d’une paille détruit le nez, provoque une perte de l’odorat, affecte gravement la cloison nasale et engendre des saignements de nez allant jusqu’aux dommages pulmonaires permanents qui peuvent être mortels. Son inhalation crée des trous sur les narines et le septum qui sépare les voies respiratoires droites et gauches. La cocaïne est peut-être également à l’origine de plusieurs traumatismes cutanés, comme les démangeaisons, l’eczéma, les éruptions, les altérations du teint et les brûlures.

L’anorexie est l’un des effets les plus fréquents qui se manifestent chez les cocaïnomanes, ce qui explique la perte du poids chez beaucoup d’entre eux. La consommation de la cocaïne engendre une perte accélérée de la matière grise responsable des sens, de la conscience et de la prise de décision. L’usage excessif de la cocaïne peut entraîner aussi des périodes psychotiques, dont les symptômes incluent l’anxiété, la paranoïa, l’agitation et les hallucinations, allant jusqu’à une perte de jugement entraînant des comportements agressifs et des actes de violence. Tout comme l’alcoolisme et le tabac, cette substance provoque l’impuissance sexuelle bien qu’elle améliore les performances sexuelles chez les hommes, mais seulement pendant la période de consommation.