Hyperpilosité féminine : évaluation et traitement

L’homme et la femme même si appartenant à la même espèce, ont été conçus suivants une morphologie et des aspects divers. Cependant, au travers de certaines anomalies, ces conditions préétablies peuvent être modifiées et changer, de façon assez pertinente, la constitution de chacun de ces êtres. L’un de ses troubles est sans aucun doute l’hyperpilosité, qui touche de nombreuses femmes à travers le monde. À travers cet article, nous chercherons à en savoir davantage sur cette anomalie, et les différents moyens de traitement qui s’offrent à celles qui en sont victimes.

Qu’est que l’hyperpilosité ?

L’hyperpilosité, plus connue sous le nom d’hirsutisme est une croissance capillaire excessive qui touche entre 5 et 10 % des femmes en âge de procréer. Elle est définie comme la présence excessive et inhabituelle de poils dans certaines zones du corps d’une femme tels que : le menton, la poitrine, le dos ou encore les zones fessières. Ce trouble est un signe d’une action accrue des androgènes (hormones mâles) sur les follicules pileux (cavités dans lesquelles les poils prennent naissance), d’une augmentation des niveaux circulants d’androgènes (endogènes ou exogènes) ou d’une sensibilité accrue des follicules pileux aux niveaux normaux d’androgènes circulants.

Dans de rares cas, l’hyperpilosité peut signaler une pathologie plus grave, et l’évaluation clinique devrait différencier les causes bénignes des tumeurs ou autres affections nécessitant un traitement spécifique. La plupart des femmes qui cherchent un traitement pour cette anomalie le font pour des raisons esthétiques, car l’excès de poils en dehors des normes culturelles peut être assez embarrassant. La croissance des cheveux varie considérablement d’une femme à l’autre, et il est important de distinguer les variations normales de croissance des poils de l’hyperpilosité véritable.

Bien que 60 à 80 % des femmes atteintes d’hyperpilosité présentent des taux accrus d’androgènes circulants dans leur système hormonal, les individus ayant des taux d’androgènes très élevés ne sont nécessairement pas atteints d’hirsutisme. En effet, l’ovaire est la principale source d’augmentation des taux de testostérone chez les femmes atteintes d’hirsutisme. L’augmentation de l’effet androgénique qui entraîne l’hirsutisme peut également être familiale, idiopathique (sans lien avec une autre maladie) ou causée par une sécrétion excessive d’androgènes par les glandes surrénales (hyperplasie congénitale des surrénales, syndrome de Cushing, tumeur).

Évaluation de l’hyperpilosité

Des antécédents approfondis et un examen physique sont essentiels pour évaluer les femmes atteintes d’hyperpilosité afin de déterminer quelles patientes ont besoin de tests de diagnostics supplémentaires. L’examen physique devrait distinguer les quantités normales de croissance des poils de l’hirsutisme. La quantité, les caractéristiques et la répartition des poils doivent être notées. Cependant, les systèmes de notation normalisés pour l’évaluation de l’hirsutisme sont limités par la variabilité subjective des patientes et par conséquent jugés peu efficaces sur le plan clinique par certains. De ce fait, il faudra demander aux patientes si la croissance excessive des poils a commencé à la puberté ou après, et si son apparition a été rapide. Il sera également essentiel d’obtenir les antécédents menstruels et reproductifs, ainsi que des informations liées à la famille (si possible), car l’hirsutisme idiopathique est souvent familial. De même, il est indispensable de questionner les patientes sur les changements qu’elles auraient remarqués au niveau de leur voix, leur abdomen, leurs seins, leur peau ou leur masse musculaire. Il est également important de demander quelles mesures d’épilation ont déjà été essayées.

Traitement de l’hyperpilosité

Les options thérapeutiques pour les patientes atteintes d’hirsutisme peuvent être divisées en interventions locales et en traitements pharmacologiques visant les causes sous-jacentes.

  • Thérapie locale

Pour les patientes atteintes d’hirsutisme léger, des mesures locales telles que le rasage, les produits dépilatoires et l’électrolyse peuvent suffire. Le rasage est la méthode la plus facile et la plus sûre, mais certaines patientes y éprouvent une intolérance. Les dépilatoires chimiques produisent des résultats similaires à ceux du rasage, mais l’irritation de la peau est fréquente. Le besoin de méthodes rapides d’épilation a conduit au développement de la thérapie laser pour lutter contre l’hyperpilosité. Il existe plusieurs lasers, dont le rubis, l’alexandrite, la diode à pulsation, etc. La thérapie au laser fonctionne mieux sur les poils sombres, bien qu’une hyperpigmentation post-traitement puisse survenir.

  • Traitement pharmacologique

Le traitement pharmacologique de l’hirsutisme devrait viser à bloquer l’action des androgènes sur les follicules pileux ou à supprimer la production d’androgènes. La réponse aux agents pharmacologiques est lente, s’échelonnant sur plusieurs mois. Lorsque les patientes ont une certaine intolérance à la thérapie médicale, il peut être approprié de combiner des mesures locales avec une thérapie médicale.