L’assommoir d‘Emile Zola : résumé et fiche de lecture

L’assommoir est un roman d’Emile Zola qui a été publié 1877 chez l’éditeur George Charpentier après avoir été publié en feuilleton dès 1876. Dans cet ouvrage, Zola décrit la réalité sociale sordide telle qu’elle en décrivant les conséquences de l’alcoolisme et de la misère. Son œuvre a été beaucoup jugée d’être trop crue mais c’est grâce à ce côté naturaliste qu’elle a eu également du succès.

Le résumé

Gervaise Macquart, la fille d’Antoine Macquart fuit à vingt-deux-ans Plassans avec son amant Auguste Lantier. Ils s’installent à Paris avec leurs deux enfants Claude et Etienne. Gervaise est une blanchisseuse dans le quartier de la Goutte-d’ Or à Paris quant à Lantier, c’est un ouvrier chapelier. Ce dernier, étant paresseux et infidèle, il quitte la jeune femme très tôt pour adèle sa nouvelle amante, emportant avec lui toutes les maigres économies, et laissant Gervaise avec ses deux enfants.

Gervaise rencontre Coupeau, un ouvrier Zingueur, dans l’assommoir, un cabaret où il lui fait la cour. Ils décident alors de se marier et de s’installer dans le même immeuble que la sœur de Coupeau. La vie de ce couple connaît une certaine aisance grâce au travail et aux économies, ce bonheur est concrétisé par la naissance de leur fille Nana. Gervaise décide de fêter son succès en organisant une grande fête à laquelle participe tout le quartier.

Cependant, le bonheur est de courte durée. En effet, un évènement survient et emporte avec lui ce bonheur et cette prospérité. Un jour Coupeau tombe du toit sur lequel il travaille et se casse une jambe. Gervaise voulant éviter l’hôpital, elle décide de le soigner chez elle, et elle dépense toutes les économies du ménage. Grâce à son voisin, le forgeron Goujet, qui lui prête de l’argent, elle réalise son rêve et achète une blanchisserie qui commence à bien fonctionner et à assurer une stabilité économique à Gervaise. À cause de son accident, Coupeau a désormais peur de monter sur un toit, il néglige son travail et fréquente de plus en plus l’assommoir, le cabaret. Petit à petit il sombre dans la paresse et dans l’ivrognerie. Lantier, l’ex amant de Gervaise, devient l’ami du couple et finit par s’installer chez eux, Gervaise soit faire face à deux paresseux qui vivent de son travail.

La jeune femme, sombre, elle aussi dans la paresse. Elle travaille de moins en moins et perd son argent et sa réputation.

Coupeau devient alcoolique et perd petit à petit la raison, il est enfermé à Sainte-Anne, il meurt peu de temps après à cause d’une terrible crise de delirium tremens, laissant Gervaise seule. Cette dernière est complètement démunie, elle doit se prostituer pour survivre. Au final, elle a été retrouvée morte de faim et de misère.

Une fiche de lecture

Etude des personnages

Les personnages principaux

Gervaise

C’est le personnage central du roman, elle a vingt-deux-ans et c’est la fille de l’ivrogne paresseux Antoine Macquart et de Joséphine Gavaudan. Dans le premier chapitre, on trouve la description physique de la jeune femme. Elle est grande, un peu mince et elle a des traits fins « déjà tirés par la rudesse de la vie ». Dans presque tout le roman on ne voit que la grandeur de Gervaise. Elle est décrite en tant que grande femme avec un grand cœur, elle se dévoue pour les autres et cela on peut le découvrir dans la partie où elle prépare le dîner pour coupe au alors qu’elle va accoucher. Gervaise est travailleuse aussi, et grâce à cette qualité, elle connaît une prospérité économique en gagnant beaucoup d’argent. Vers la fin elle connaît une déchéance et perd ses qualités morales. Elle devient paresseuse, perd de l’argent et après la mort de son époux Coupeau, elle se prostitue. À cause de cette chute, elle meurt d’une façon sordide à cause de la misère.

Coupeau

C’est un ouvrier zingueur. Au début du roman, il est décrit comme un honnête homme et travailleur. Il est très amoureux de Gervaise et veille sur le bonheur du foyer. Sa chute du toit lui fait perdre toutes ses qualités. Il néglige petit à petit son travail et devient paresseux. Il fréquente de plus en plus le cabaret et sombre dans l’alcoolisme, puis il perd progressivement la raison et devient fou. Il est enfermé à Sainte-Anne où il mourra.

Lantier

L’ex amant de Gervaise. C’est un paresseux et infidèle, il quitte Gervaise pour une autre. Sa réapparition dans la vie de Gervaise provoque la déchéance de cette dernière.

Les enfants

Claude et Etienne

Ce sont les deux fils de Lantier et Gervaise. Claude est le futur peintre de « l’œuvre », il est envoyé chez un amateur de tableaux qui prendra charge de son éducation et Etienne est maltraité par Coupeau, il travaille avec Goujet le voisin, il devient le futur héros de Germinal.

Nana

Elle n’a pas eu l’éducation nécessaire. Elle grandit dans la misère de la violence de ses parents et c’est pour cette raison qu’elle se réfugie dans l’univers du plaisir.

Les personnages secondaires

Virginie

C’est la femme pour qui Lantier quitte Gervaise. Les deux femmes se sont battues au début du roman. C’est personnage double et ambigu.

Goujet

Le voisin de Gervaise et coupe au. C’est un forgeron, sérieux et bon travailleur. Il vit avec sa mère et il est très amoureux de Gervaise, d’ailleurs, c’est le seul homme qui est respectueux envers elle. Il aide Gervaise à réaliser son rêve d’ouvrir une blanchisserie en lui prêtant de l’argent sans jamais lui reprocher ses dettes. C’est le seul qui a eu pitié de Gervaise lorsqu’il a vu sombrer dans la prostitution.

Bijard

Un ouvrier serrurier alcoolique. Il tue sa femme d’un coup de pied dans le ventre et après sa fille.

Les Lorilleux

La sœur et le beau-frère de Coupeau. Ces personnages sont marqués par l’avarice et la méchanceté en refusant d’aider les coupe au lorsqu’ils sont tombés dans la misère.

Un roman social

C’est une œuvre qui décrit la réalité sociale qui est loin d’être parfaite, bien au contraire, c’est une représentation de la vie misérable et laide en évoquant l’avachissement des personnages, la laideur du quartier la Goutte-d’ Or. Zola donne de ce milieu une vision cruellement pessimiste.