Règles malodorantes : quand faut-il tirer la sonnette d’alarme ?

La période de menstruation, se caractérise chez beaucoup de femmes par une odeur désagréable qui se dégage et qui leur procure souvent une sensation de malpropreté. Beaucoup de facteurs contribuent en fait à cette odeur incommode qui s’installe : humidité, peu d’aération, douches successives, etc.

1. Les règles, c’est quoi au juste ?

Il faut tout d’abord savoir que les menstruations ne sont pas seulement un écoulement de sang mais aussi de tissus issus de la muqueuse interne de l’utérus pouvant contenir aussi des bactéries qui contribuent à l’existence de cette odeur. Cela signifie qu’au fur et à mesure que le flux continue à s’écouler l’odeur persistera à cause de ces bactéries.

La moisissure peut donc bien se préserver à l’intérieur de l’utérus sans s’éliminer complètement ce qui favorisera l’intensité des odeurs, a priori ce n’est pas vraiment alarmant mais si toutefois cela dure pour un moment, il faut préférablement consulter son gynécologue pour éviter tout risque d’infection.

2. Menstruations malodorantes, qu’est-ce que cela signifie ?

En effet, les menstruations intensément malodorantes, peuvent être indicatrices d’infections vaginales ou de vagionose peu graves, se soignant par une simple prise d’antibiotiques en comprimés ou capsules prescrites par le gynécologue. Celles-ci doivent rapidement être traitées pour ne pas causer des maladies plus inquiétantes comme quelques infections sexuellement transmissibles. La vaginose bactérienne, est assez fréquente surtout pendant la saison estivale, car le germe qui la cause, le « gardnerella vaginalis », est transmissible via l’eau en général et se développe bien dans un terrain humide elle se traduit par une couleur particulière dans les pertes post-menstruelles, un peu foncées mais surtout à travers une odeur des règles proche à du « poisson pourri ». Cette anomalie, bien que facilement traitable, peut donner des complications surtout si elle coexiste avec une autre infection bactérienne comme par exemple : la mycose vaginale due à un champignon et peut devenir chronique.

Si toutefois aussi les odeurs très intenses persistent chaque mois et sont accompagnées en plus d’autres phénomènes tels que : les caillots de sang menstruels qui sont des masses de sangs coagulées évacuées pendant les règles ou encore de couleurs particulières ou inhabituelles des règles, ou même un flux particulièrement abondant sur une période assez étendue peuvent s’avérer indicateurs de soucis potentiels.

Il faut signaler cependant, que plusieurs réflexes ou habitudes peuvent accentuer sans savoir les mauvaises odeurs pendant les règles comme les douches vaginales successives et un nettoyage très pointilleux de la zone intime car cela peut endommager la flore intime et contribuer aux odeurs désagréables et donc faciliter la possibilité d’attraper des infections bactériennes se manifestant par des règles extrêmement malodorantes.

En général des règles malodorantes ne sont pas vraiment inquiétantes sauf en cas de persistance à long terme accompagnée de certains autres symptômes ou irritations aggravées. Il est recommandé donc de suivre une certaine hygiène de vie durant sa période de menstruation comme changer quasi constamment ses protections (préférablement toutes les deux heures), opter pour l’utilisation des protections sans parfums, essayer les coupes menstruelles afin de limiter la reproduction des germes ou bactéries.